ouvrir le menu principal Guide du Crédit mob rechercher
fermer
Actualités du crédit
Credit / Pret > Pret immobilier > Actualités crédit immobilier > Prix de l'ancien : le ralentissement est confirmé...

Prix de l'ancien : le ralentissement est confirmé...

Surveillé désormais de très près, le marché de l'immobilier semble confirmer sa décélération : coup sur coup le réseau Century 21 et la FNAIM (Fédération nationale de l'immobilier) ont présenté les chiffres du 2ème trimestre 2005, et si le premier constate une nouvelle poussée de fièvre au cours du printemps, la FNAIM quant à elle perçoit déjà un ralentissement de la hausse, et tous deux prédisent un net assagissement du marché au 2ème semestre ! En tous cas pas de krach en vue selon les professionnels : les fondamentaux du marché continuent à alimenter la demande et les taux d'intérêt des crédits immobiliers, toujours à la baisse et probablement au moins jusqu'à la fin de l'année, à la "solvabiliser"... Sans compter l'effet des 100.000 nouveaux prêts à taux zéro attendus chaque année dans l'ancien depuis la réforme de cette aide à l'accession ! Le marché selon Century 21... Si pause il devait y avoir, les dirigeants de ce réseau de 800 agences présentes dans toute la France ne l'ont pas (encore) observée au cours de ce premier semestre : le rythme de hausse est en effet resté très soutenu puisque l’on enregistre des augmentations au cours du premier semestre 2005 de 9,75% à Marseille, 8,09% en Ile-de-France et 6,89% sur la France entière ; seul Paris amorce pour la première fois depuis 5 ans selon ce réseau un "rythme de hausse en repli" qui ressort à "seulement" 4,19% pour ce premier semestre. En Ile-de-France le Val-de-Marne et les Yvelines remportent la palme avec respectivement 11,53% et 10,97%, suivis par l’Essonne (9,13%), les Hauts-de-Seine (8,58%), la Seine-et-Marne (8,41%). Deux départements ferment la marche, la Seine-Saint-Denis avec 6,55% et le Val-d’Oise avec 6,53%. Il est vrai que ces derniers départements avaient pris une certaine avance en 2004... Si l'on tient compte de ce qu'il s'agit de chiffres sur 6 mois, cela s'apparente à une nouvelle flambée, que Century 21 relativise cependant : si le marché reste toujours soutenu par les primo-accédants, notamment les plus jeunes d’entre eux (53% des acquisitions sont réalisées par les moins de 40 ans), ceux-ci arrivent à acheter en s’éloignant de plus en plus du centre des grandes villes et en allongeant leurs durées d’emprunt (la durée des emprunts est passée en 3 ans depuis 2002 de 15 à 18 ans en moyenne). Or ce mouvement qui devient le seul ressort de compensation de l’augmentation des prix a nécessairement une fin... Les investisseurs quant à eux continuent un lent repli, entamé au premier semestre 2004, plus par manque de produits disponibles que par conviction, notent les responsables de Century 21. Enfin, l’acquisition de résidences secondaires, où "l’esprit de placement" n’est pas absent, ne représente que 10% des acquisitions et demeure l’apanage des 50/60 ans qui sont des investisseurs utilisateurs, des "invesjouisseurs". La tendance devrait donc s'inverser au second semestre : pour la première fois depuis 1995, le réseau Century 21 a constaté une amorce d'augmentation du délai de vente moyen (68 jours contre 64 jours en 2004). Ceci indique selon ses dirigeants, alors même que les marges de négociations restent extrêmement basses (4% en moyenne), que le rythme de la hausse va s’infléchir et que les prix vont entrer dans une phase d’atterrissage dès le mois de septembre... ...et selon la FNAIM La FNAIM quant à elle confirme ce diagnostic mais voir la décélération déjà amorcée : selon les chiffres de l'Observatoire des marchés de l'ancien (1), réalisé avec le concours du Professeur Michel Mouillart, de l'Université de Paris X Nanterre, à partir de références collectées dans un réseau de 6.500 agences (de façon peut-être plus aléatoire cependant que pour le réseau Century 21 qui rend compte de la totalité des transactions...), le prix des appartements est devenu quasi stable depuis six mois et le ralentissement est également devenu sensible sur le marché dans le courant du printemps. De fait, les courbes d'augmentation des indices mensuels ont depuis début 2005 pris nettement une pente descendante, surtout au deuxième trimestre, et le taux d'augmentation sur un an au 30 juin s'établit à +13,5 pour la France entière, en fait +11,1 pour les maisons et +15,2% pour les appartements. Pour les appartements, ce sont les studios qui ont augmenté le plus, avec +16,3%, alors que les 5 pièces et plus plafonnent avec +4,6%... Le rythme de progression des prix fléchit partout sauf dans l'Ouest, la surprise venant du Sud-Est, dont le taux de progression en taux annuel en glissement trimestriel n'est plus que de 6,3%, dont 7,8 pour les appartements et 3,5 pour les maisons ! Pour autant, selon la FNAIM, l'activité n'a pas reculé, loin s'en faut : le 2ème trimestre a même été très dynamique sur à peu près l'ensemble du marché, mais partout les clientèles se sont transformées : sur le centre des agglomérations se sont présentées des clientèles plus aisées que par le passé, prêtes à surenchérir pour accéder aux espaces les plus convoités. Les ménages qui jusqu'alors y résidaient ont saisi l'opportunité qui leur était offerte : en anticipant une mobilité résidentielle bien souvent déjà programmée (l'agrandissement de la famille, la construction d'une maison individuelle…), ils ont pu revendre dans de (très) bonnes conditions et aller réaliser leur projet ailleurs. Comme le réseau Century 21, la FNAIM note un mouvement de reconstitution des stocks qui "devrait permettre au marché de rebondir dans de bonnes conditions durant les mois d'été". Mais la demande reste soutenue. La FNAIM observe aussi une amélioration de son "indicateur synthétique de solvabilité" (2) qui se redresse depuis le début de l'année 2005, après deux années de recul : + 2.7 % au cours du trimestre (+ 4.7 % depuis le début de l'année), après une chute de 12.3 % entre 2002 et 2004. En Ile-de-France, la progression est plus rapide avec + 3.9 % sur le trimestre (+ 6.0 % depuis le début de l'année), après une baisse de 14.7 % entre 2002 et 2004. Selon le professeur Mouillart, l'impact du nouveau PTZ dans l'ancien sans travaux n'est pas étranger à cela : on peut estimer, en effet, qu'il permet une diminution des taux d'effort de ses bénéficiaires de l'ordre de 3 à 4 points. Il estime que 100.000 prêts de ce type sont susceptibles de générer 15.000 ventes supplémentaires... Dans le contexte de ralentissement de la hausse des prix, cela est suffisant pour gommer une large part des conséquences que la montée des prix a pu avoir par le passé sur les ménages à revenus modestes qui peuvent en profiter.

Posté le 25 Juillet 2005 © Guide du crédit

Retour au sommaire des actualités

Facebook Twitter Google+ Envoyer par mail

Nous avons sélectionné pour vous les dernières actualités du marché :

Augmentation des loyers [..]

L'immobilier peut-il [..]

Taux immobilier actuel
1,30
Comparez les taux actuels
Capacité d'emprunt Calcul prêt à taux zéro Calcul frais de notaire
Simulation prêt immobilier

- Publicité -

Comparaison des offres de crédit immobilier
  • Vous remplissez votre dossier,
  • Nous comparons gratuitement les offres des banques,
  • Vous obtenez les réponses de financement à votre demande !
Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.