Crédit immobilier : obtenez le meilleur taux

Immobilier : la situation des acheteurs s'améliore mais..

Img - Immobilier2.jpg

« La hausse constatée en janvier et février s’est enrayée. En mars et avril, les prix [immobiliers] ont retrouvé leur tendance naturelle à la baisse », telle est la principale conclusion du dernier baromètre publié par MeilleursAgents.com.

Pour le courtier, ce retour à la baisse est logique. « Avec seulement 1,1 acheteur pour un vendeur à Paris, […] il ne pourrait pas en être autrement de façon durable ». En clair, les ménages ne se bousculent pas au portillon des vendeurs, surtout en banlieue. La proportion y varie entre 0,4 et 0,9 acquéreur pour un vendeur, selon le département.

Le repli reste léger

Baisse des prix, baisse des taux… voilà une double bonne nouvelle pour les acheteurs. Malgré tout, le recul des prix reste timide. Dans la capitale ? -0.5 % en avril sur un mois. Dans les Hauts-de-Seine ? -0.4 %. En Seine-Saint-Denis ? -1.4 %. De très légères variations à la hausse sont même enregistrées dans le Val-de-Marne (+0.4 %) et en deuxième couronne (+0.2 %).

Par type de logement, le prix des petites surfaces (studio et 2 pièces) a reculé de 0.2 % en avril et celui des grandes surfaces de 0.6 %.

La raison de cet atterrissage en douceur est liée aux taux d'intérêt. « Cette baisse [des prix] reste limitée car la diminution des taux d’intérêt génère un gain significatif de pouvoir d’achat ». Ce qui ne va donc pas inciter les vendeurs à baisser leurs prix.

Des transactions qui concernent les biens de qualité

Cette baisse relative est également liée à ce que MeilleursAgents appelle l’effet qualité. « Seuls les biens de bonne ou mauvaise qualité trouvent preneur. Les moins attractifs ne se vendent pas, voire ne sont même pas visités. Les statistiques ne reflètent donc que les transactions réelles portant sur des biens dont les prix ne baissent que faiblement ».

Malgré ces freins, MeilleursAgents prévoit une baisse des prix de 5 % d’ici la fin de l’année.

Un dernier mot sur les transactions. Un phénomène semble se dessiner depuis quelques semaines, celui de l'allongement des délais de signature des promesses de vente dans les copropriétés. En cause : la loi Alur, adoptée en mars. Si celle-ci permet aux futurs acheteurs d’accéder à toutes les données relatives à la copropriété (son état d’endettement par exemple), les syndics ont des difficultés à leur fournir rapidement ces informations. Conséquence : les délais s’allongent, ce qui peut parfois amener à « une perte d’intérêt de l’acheteur ». 

Posté le 13 Mai 2014 © Guide du crédit

🎉 Profitez de notre expertise au meilleur taux !

Taux immobilier actuel

1,10% sur 20 ans

Taux fixe régionaux hors assurance et selon profil

Comparez les taux actuels
Capacité d'emprunt
Calcul prêt à taux zéro
Calcul frais de notaire
  • Simulation prêt immobilier

Nos dernières actualités