Crédit immobilier : obtenez le meilleur taux

Notaires IdF : les ventes reculent… mais pas les prix immos

Notaires : baisse des ventes

Les prix immobiliers en région parisienne continuent de faire de la résistance. Selon les derniers chiffres publiés par les notaires franciliens, ils ont progressé au rythme de l'inflation au deuxième trimestre 2012, soit une hausse sur un an de 1.9 % pour un appartement ancien (à 5 520 € par m²) et de 1 % pour une maison ancienne (à 308 500 €).

Il s'agit d'une « résistance inattendue » car, de leur côté, les transactions continuent de reculer, malgré « un mois de janvier exceptionnel ». Au deuxième trimestre 2012, ce sont 34 800 biens qui ont été vendus tous biens confondus (-21 % par rapport à l'an dernier à la période correspondante). Et selon les projections des notaires, « les premiers éléments sur l'été laissent à penser que cette tendance baissière s'est poursuivie ».

Reste que ce décrochage des ventes était prévu. Les raisons tiennent en premier lieu au contexte économique « maussade », marqué par une hausse du chômage et une stagnation des revenus. Parallèlement, les aides immobilières et les dispositifs d'investissement locatif sont devenus moins attractifs et les conditions d'octroi des banques se sont durcies. Autant d'explications que la baisse des taux d'intérêt ne peut à elle seule compenser.

Résultat : le marché se caractérise par un certain « attentisme », une plus « grande sélectivité des acquéreurs et des ventes plus difficiles au fur et à mesure que le prix s'élève ».

Des prix encore en hausse

Certes le « prix s'élève », mais l'accalmie pointe. Le prix moyen au m² à Paris devrait de fait atteindre en septembre le niveau record de 8 570 € le m² mais une légère baisse est attendue en octobre, à 8 530 €. « Au-delà de ces légères fluctuations, il faut retenir que les prix sont désormais stabilisés dans la capitale ».

Idem pour les autres départements. De très légères baisses sont mêmes observées en première et deuxième couronne pour les appartements anciens (respectivement -0.3 % et -0.5 % en variation trimestrielle).

En revanche, les chiffres pour les maisons sont moins homogènes. Les prix y sont en baisse uniquement dans les Hauts-de-Seine (-0.4 %), les autres départements affichant une hausse comprises entre +0.1 % (les Yvelines) et +1.6 % (les Hauts-de-Seine).

Pour les notaires, trois facteurs peuvent justifier cette résistance des prix. Il y a le temps de latence habituel, celui « avant que la baisse des ventes ne se traduise par une baisse des prix ». Les autres raisons tiennent aux déséquilibres entre l'offre et la demande et à la réduction du nombre de biens mis en vente.

Désormais la question est : combien de temps va perdurer cet attentisme ? Et la réponse des notaires est claire : « tout dépendra de la capacité des autorités à réguler le système financier, à stabiliser et à relancer l'activité économique et surtout à redonner confiance aux ménages et aux investisseurs ».

Posté le 14 Septembre 2012 © Guide du crédit

🎉 Profitez de notre expertise au meilleur taux !

Taux immobilier actuel

1,10% sur 20 ans

Taux fixe régionaux hors assurance et selon profil

Comparez les taux actuels
Capacité d'emprunt
Calcul prêt à taux zéro
Calcul frais de notaire
  • Simulation prêt immobilier

Nos dernières actualités