Crédit immobilier : obtenez le meilleur taux

Prix immobiliers : -1.7 % sur un an selon les notaires

Img - Immobilier2.jpg

 

Les prix de l'immobilier dans l’ancien ont reculé de 1.7 % sur un an au troisième trimestre 2013, c’est ce qu’il ressort de la dernière enquête communiquée par les notaires de France. Une baisse toute relative donc, et qui concerne aussi bien les appartements (-1.3 %) que les maisons (-2 %).

Bien que ne portant que sur une partie de l’année 2013, ces chiffres font écho à ceux publiés récemment par Century 21. Sur la base des transactions effectuées par ses 900 agences, le réseau enregistrait en 2013 une baisse des prix au m² de 1.8 %.

La publication tardive des statistiques des notaires s’explique par le fait qu’elles s’appuient sur les transactions qui se sont réellement effectuées. Ce qui donne plus de fiabilité à leurs chiffres.

 

Des variations trimestrielles faibles

Modérée sur un an, la baisse l’est encore plus sur trois mois. Par rapport au deuxième trimestre, les logements ont à peine perdu 0.4 % de leur valeur, chiffre qui couvre une baisse de 0.7 % du prix des maisons et une stabilité pour les appartements.

Mais cette accalmie ne doit pas masquer un point important : l’évolution des prix varie selon les villes. La preuve par l’exemple : alors que le prix médian des maisons continue d’augmenter clairement dans des villes comme Bordeaux (+5.7 % sur un an, à 272 600 €), Montauban (+5.7 %, à 190 000 €) ou Limoges (+6.2 %, à 155 000 €), celui de certaines agglomérations enregistre de fortes baisses. C'est le cas particulièrement à Nîmes (-12.7 %, à 214 700 €), au Havre (-10.8 %, à 165 000 €) et à Chartres (-10.8 %, à 200 000 €). L’Île-de-France voit, elle, ses prix reculer de 0.5 %.

Du côté des appartements, les notaires observent les mêmes disparités : d’un côté, des hausses à Poitiers (+7.4 %, à 1 740 € le m²), Limoges (+5.1 %, à 1 300 €) ou Clermont-Ferrand (+8.0 %, à 1 770 €) ; de l’autre, des baisses franches à Saint-Etienne (-10.9 %, à 1 100 €) ou Reims (-4.9 %, à 2 070 €). Paris s'inscrit dans cette tendance baissière avec -2.1 %, à 8 260 € le m².  

Quid de 2014 ?

Selon les notaires, « les données nationales sur les ventes de logements montrent qu’il existe plusieurs dynamiques de marché sur notre territoire. En effet, l’activité sur les biens "à petits prix" de ces transactions est hétérogène au sein même d’un département : il peut varier de moins de 100 000 euros pour une maison à rénover intégralement à 150 000 euros environ pour une maison à réhabiliter ».

En revanche, dans les métropoles régionales, les biens haut de gamme ont des difficultés à être vendus, ce qui a pour conséquence de prolonger la durée de mise en vente.

Et pour 2014 ? Les notaires pointent trois éléments susceptibles d’influer sur le marché de l’immobilier :

- l’assouplissement des conditions de crédit, qui pourrait relancer les ventes ;

- la hausse des droits de mutation à partir du 1er mars 2014 (+0.7 %), qui pourrait avoir un impact à court terme ;

- la taxation des plus-values immobilières qui, selon les notaires, aura « un impact favorable ».

Posté le 15 Janvier 2014 © Guide du crédit

🎉 Profitez de notre expertise au meilleur taux !

Taux immobilier actuel

1,10% sur 20 ans

Taux fixe régionaux hors assurance et selon profil

Comparez les taux actuels
Capacité d'emprunt
Calcul prêt à taux zéro
Calcul frais de notaire
  • Simulation prêt immobilier

Nos dernières actualités