Crédit immobilier : obtenez le meilleur taux

Spécialistes de l'immobilier en ligne : comment voient-ils la sortie de crise ?

sortie de crise et spécialistes de l'immobilier

L’heure du déconfinement a sonné ! Et le secteur de l’immobilier fait partie des plus impatients de voir le bout du tunnel. Mais qu’y trouvera-t-il ? Les dirigeants de MeilleursAgents, PAP et SeLoger ont confiés au Point leur analyse de la situation et leurs projections.

Les projets immobiliers ont trouvé refuge sur internet

Le télétravail a été largement sollicité chez ces acteurs majeurs de l’immobilier, et la situation exceptionnelle a renforcé leur conviction d’être dans le vrai en mettant le digital au service de la pierre. S’ils ont constaté une baisse de fréquentation de leurs plateformes respectives, les chiffres n’ont rien à voir avec la chute brutale des transactions immobilières, la mise à l’arrêt totale des visites et le décalage d’une majorité de signatures. SeLoger concède bien un recul de 40% du flux d’annonces consultées par les particuliers au début du confinement, mais son président Bertrand Gstalder explique que les internautes reviennent avec une croissance quotidienne de l’ordre de 2%. Chez PAP, la baisse de consultation des annonces ne se chiffre qu’à -4%! Sa présidente Corinne Jolly a observé "quelques reports mais peu d’annulations", expliquant que les trois quarts des particuliers ne remettent pas en question leur projet immobilier.

200 à 300 000 transactions en moins en 2020

Le trio le plus en vue de l’immobilier en ligne tente d’afficher un discours d’optimisme, tablant sur le scénario le plus favorable de sortie de crise sanitaire qui permettra de relancer la machine. Bertrand Gstalder (SeLoger) anticipe une perte de 250 000 transactions dans l’ancien sur l’année, Sébastien de Lafond (MeilleursAgents) 200 à 300 000 – soit à peu près la même chose en définitive. Et les prix ? Bertrand Gstalder a le sentiment qu’il y aura peu d’impact, et il s’appuie pour cela sur un déficit de logements neufs en raison du retard dans les chantiers qui va favoriser les biens anciens sur le marché. Sébastien de Lafond distingue quant à lui les métropoles les plus attractives et le reste du territoire, où la baisse des prix pourrait être à deux chiffres selon lui.

Le crédit immobilier de retour à 1,50% ?

Le marché immobilier de l’après confinement possède toutefois de nombreuses inconnues que Corinne Jolly n’ignore pas. Elle cite "Les effets directs et indirects sur le budget et le moral des ménages", mais aussi la hausse des taux du crédit immobilier. Pour Bertrand Gstalder, la moyenne des taux va revenir à 1,50% (1,17% en avril d’après l’Observatoire Crédit Logement/CSA) mais n’ira pas au-delà. La présidente de PAP s’inquiète du climat d’incertitude, et redoute de fait la prudence bancaire et donc une baisse du nombre d’acquéreurs qui auront accès au crédit immobilier.

Outre l’inquiétude autour de la perte de pouvoir d’achat, chez SeLoger on s’interroge sur la capacité des vendeurs à baisser les prix, avec le risque de faire traîner les négociations et retarder davantage encore les transactions… Pour le président de MeilleursAgents, le redémarrage d'activité sera graduel à partir du mois de juin et dessinera un scénario de reprise en U.

Posté le 06 Mai 2020 © Guide du crédit

🎉 Profitez de notre expertise au meilleur taux !

Taux immobilier actuel

1,10% sur 20 ans

Taux fixe régionaux hors assurance et selon profil

Comparez les taux actuels
Capacité d'emprunt
Calcul prêt à taux zéro
Calcul frais de notaire
  • Simulation prêt immobilier

Nos dernières actualités